Skip to content

Le Flamenco

          Le Flamenco est un art issu du cœur de l’Andalousie, mêlant indissociablement  la musique, le chant et la danse.

        Riche de ses influences arabo-musulmanes, juives et andalouses chrétiennes, cet art représente une suite de tableaux racontant la vie et les sentiments, emplis de joie et de souffrance, à travers des enchaînements de mouvements chorégraphiques.

Peinture de Fabian Perez - "La juerga"          A l’origine, la musique Flamenca était chantée a cappella : cantes a palo seco. Les mains viennent rythmer le chant par des claquements : palmas.
Les danseurs, bailaora (pour la danseuse), bailor (pour le danseur), tapent des pieds : el zapateado. Ils font parfois raisonner les castagnettes de leurs mains.
Plus tard viennent s’ajouter la guitare flamenca, el toque, et les percussions, souvent au son du cajón (instrument rapporté du Pérou par Paco de Lucía).
Tous ces éléments réunis créent ainsi un langage, permettant de transmettre toute l’émotion et les sentiments exprimés par le Flamenco : El duende.

          Beaucoup de disciplines sont étroitement liées au Flamenco, comme la Danse Orientale qui a incontestablement influencé le Flamenco, le Théâtre qui permet d’exprimer ses émotions de la même manière que le Flamenco ou encore le Yoga qui permet de canaliser son énergie.

          Pour Sophie Galland, dans Le Courrier N°66 de janvier 1993 : le Flamenco « renferme aussi et surtout les trois mémoires de l’Andalousie, mêlées de façon inextricable : la musulmane, savante et raffinée ; la juive, pathétique et tendre ; la gitane enfin, rythmique et populaire ».

         Le Flamenco est reconnu et revendiqué comme jouant un rôle social et culturel. A ce titre il est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO depuis le 16 novembre 2010.

Sonia Marquez